Leszek Skurski - Schlauch

Juliette Lemontey, "La moue", 2013, 73x60 cm, huile sur toile

Leszek Skurski - Crew

Leszek Skurski, "Crew", 2013, 90x60 cm, huile sur toile

Leszek Skurski - Schnelltest

Juliette Lemontey, "No smoking", 2013, 162x97 cm, huile sur bois

Exposition

Leszek Skurski
Juliette Lemontey

Impermanences

Dans une première approche, les œuvres de Juliette Lemontey et de Leszek Skurski insufflent une atmosphère paisible, un sentiment de sérénité, une impalpable légèreté. Toutefois au fil de ces gammes chromatiques presque neutres se manifeste bientôt une inquiétude discrète.

A partir d’un travail sur la transparence pour Juliette Lemontey et la façon dont Leszek Skurski met en exergue la texture, les deux artistes instillent un univers hors des temps en diluant le décor en d’imperceptibles fragments.

La présence intense de la chevelure ou des veines structure les toiles de Juliette Lemontey alors que les éléments essentiels du visage se distinguent, à peine esquissés, aux confins de l’effacement, sur les rivages de l’oubli. Les acteurs de ses tableaux vivent par l’apparente nonchalance de leur posture et gardent leur énigme dans l’intimité d’une pudeur à peine dévoilée.

Chez Leszek Skurski ce vide dans l’être se traduit par l’immanence de ces êtres dans le vide. Les figures tracées de noir semblent se perdre dans un paysage opaque comme arrachées de tout environnement. Leur netteté éclipse ce qui les entoure, le contexte se fond dans un brouillard avant d’éclore et de s’affirmer au travers des strates des blancs. Ici se dessine une correspondance avec les clichés en noir et blanc de Mario Giacomelli dont Leszek Skurski ne partage pas seulement les contrastes mais aussi la maîtrise de capter l’essence du mouvement et la fragilité de l’instant.

Chacun à sa manière les deux artistes font place au manque dans leurs tableaux, ils enlèvent un grain de certitude pour témoigner, avec la précision du flou, de l’ambigüité du réel et de l’inexistence d’une vérité.

Alexandra Chiari